L'Irak, son histoire et sa culture sont fort mal connues en Occident, c'est pourtant une des civilisations les plus anciennes, où en son sein, sont nées l'écriture, la philosophie, et en particulier une culture poétique et musicales parmi les plus fines du monde.
Les mots manquent pour dire ma tristesse à propos du désastre récent, et qui continue encore, qu'a subi cette nation chère à mon coeur.



Je vous propose d'écouter ce chanteur, Nazem Al-Ghazali, très célèbre à l'époque de la jeunesse de mes parents. La tradition du maqam de Baghdad dans laquelle il a émergé est subtile, quelque peu difficile à écouter, même pour des oreilles arabes. Nazem Al-Ghazali, bien qu'on lui reproche d'avoir quitté le sentier de cette tradition pour se rapprocher d'une musique grand public, a cependant le mérite de la rendre plus facile d'approche.

Mort prématurément à l'âge de 51 ans, il reste cependant très vivant dans la mémoire arabe et irakienne.

Quelques paroles de cette chanson :
"Dis-moi, ô beauté, où Dieu t'a-t-il trouvé ?"
"Ton coeur, comme un rocher, ne s'est pas attendri sur moi", etc ...