La Tapisserie sur Basse Lisse (1)

Le Métier à Tisser de Basse Lisse.

IMG_1660_2.JPG

Avant de venir en Creuse, j’avais décidé que, puisque j’aurai enfin la place, je me mettrai au tissage. Je parlais là du métier jacquard.

Or, en arrivant à Aubusson qui se dit être la capitale de la tapisserie, j’ai évidemment eu les opportunités de trouver des métiers de basse lisse et de pouvoir me faire guider dans mes premiers pas du tissage.

Mon atelier restant assez petit et surtout étant pourvu d’une monté d’escalier très étroite, je n’ai pu monter qu’un petit métier de un mètre, à deux portées, ce qui est déjà bien assez grand pour faire mon apprentissage.

Une portée fait 40 cm. Pour chaque portée nous avons un jeu de deux lisses et un jeu de deux pédales (les marches).

Le système est rudimentaire.

m_tier_basse_lisse_copie-small.jpg

Le métier se compose de deux cadres en bois distincts et dissociés_ assez solides pour supporter une bonne tension de la chaîne. Ce sont les jumelles.

EIles sont en forme de U renversés plus hautes à l’arrière qu’à l’avant. Elles sont reliées entre elles, maintenues debout et parallélles, par les deux ensouples horizontales.

Les ensouples sont seulement engagées dans les cadres _ sans être fixées_ de façon à pouvoir tourner.
Le bout de l’ensouple arrière peut coulisser dans une fente dans le cadre, éloignant ou rapprochant l’ensouple arrière de l’ensouple avant.

IMG_2370.JPG

A chaque extrémité de l’ensouple est fixée une roue à crémaillère pouvant s’auto bloquer par un taquet coinceur.

La Chaîne :

IMG_2372.JPG

Elle est composée de fils épais en coton, pour une tapisserie traditionnelle, plus ou moins serrés selon la finesse avec laquelle on veut tisser. Elle est fixée à ses deux extrémités sur les ensouples à l’aide d’une tige métalique (le verdillon), logée dans l’ensouple sur toute sa largeur “tissable”.

Au départ toute la longueur restante de la chaîne est enroulée sur l’ensouple arrière.

A fur et à mesure que l’ouvrage se tisse, on enroule le travail déjà fait sur l’ensouple avant.

On doit alors donner du fil en déroulant à l’arrière. Avec la crémaillère on donnera un règlage de longueur de fil. On ajuste la tension en éloignant l’ensouple arrière en la faisant coulisser. Ce système permet un très forte tension de la chaîne.

Le système de tissage est rudimentaire :

L’architecture du métier est conçue de telle manière que lorsque l’on appuie sur une marche, tous les fils impairs se baissent, et que lorsque l’on appuie sur l’autre marche ce sont au contraire les fils pairs qui se baissent. Le fil de trame est alors passé entre les fils pairs et impairs et font un aller à chaque pression de la marche et le retour à la pression de l’autre marche et ce, invariablement.

IMG_1659_2.JPG

Commentaires

1. Le vendredi 8 février 2008, 08:54 par Tenryu

Bravo ma douce.
Dix-huit mois qu'on est là, et déjà tu es à l'aise sur ton métier smi1

2. Le vendredi 8 février 2008, 09:37 par Tsunade

Eh oui Trésor !!

Maintenant il faut juste les journées de 52 heures !!! Mais ça va petit à petit ça avance bien et les idées foisonnent smi3 .

Vive la Creuse !!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet