Le Scarabée d'Argent (8) : Moment Alchimique

Le scarabée ayant pris sa forme définitive, le moment est venu d'en appeler à l'Aigle Noir.



Dans la science alchimique, ce symbole correspond au moment où la maturité de l'individu et le travail sur soi ont fait entrer en contact les forces conscientes et inconscientes de la personne. On voit ainsi l'aigle noir couver de ces ailes l'androgyne, qui représente justement l'union du conscient et de l'inconscient. Cette union donne le pouvoir de transformation, de transmutation, que l'aigle noir symbolise.



Mais ce que symbolise l'aigle noir ne fait pas uniquement partie du monde de l'esprit, ces phénomènes touchent aussi le monde de la matière la plus tangible. C'est justement en s'exerçant aux phénomènes physico-chimiques que l'alchimiste progresse sur la voie intérieure, par une correspondance inductive de l'intérieur et de l'extérieur, l'un influençant l'autre pendant la réaction.

Revoici donc notre scarabée tel que nous l'avions quitté



L'or étant lié au soleil, on opère ses transformation le jour, et l'argent étant lié à la lune, on pratique ses transmutations de nuit. Dès le coucher du soleil, et préférablement pendant une lune noire, on prend un petit carré de papier de kismeth. Ce papier est fabriqué à partir des parties noires de plumes d'aigle, selon un rite bien précis. Ne me demandez pas où on en trouve, ça n'existe presque plus. J'en ai assez pour travailler un moment, mais je ne sais pas si quelqu'un d'autre que moi en a.



L'esprit stable et très déterminé quand à ce qu'on va faire, on pose le papier plié en croix sur le scarabée, dans le silence intérieur le plus total.



Puis on forme de la main droite le signe des dieux anciens, celui qui ouvre la communication avec ceux qu'on n'invoque plus que rarement. On surmonte toutefois ce signe par le signe du barrage, de la main gauche, pour éviter de se faire déborder, et limiter l'influence des anciens.



Ensuite, on forme le signe de Thöt, car c'est lui qui a transmit en premier cette technique et ce savoir à Hermès Trimégiste (Hermès trois fois grand), le premier alchimiste. La pratique se transmit alors parmi les humains, et bondit de continent en continent pendant les siècles, pour être encore pratiquée aujourd'hui.



A ce point, nous sommes au coeur de l'invocation, nous faisons le signe de l'aigle noir.



Tout au long de ce procédé, il y a des visualisations à faire selon chaque moment, mais je vous en passe les détails.



Puis nous laissons le scarabée ainsi, sous le kismeth et sous l'influence de l'aigle. Le lendemain, avant que le jour ne soit levé, nous refaisons les mêmes signes, mais en ordre inverse, pour fermer la session. Nous levons le papier, qui sera à brûler, n'étant utilisable qu'une fois. Le procédé a fait son oeuvre :


Commentaires

1. Le lundi 14 janvier 2008, 18:30 par François des Cévennes

fascinant...

2. Le mercredi 16 janvier 2008, 18:34 par Véa

Hommage à toi Grand Sorcier !
Que la Sagesse Infinie déploie ses lois dans le coeur des êtres pour le plus grand bien de tous !
Que la bénédiction des bouddhas soit sur vous !
.
.
J'adore les miniatures de l'AC de St Thomas d'Aquin, et suis notamment bien contente d'avoir trouvé celle-ci : http://aycu15.webshots.com/image/40774/2002630936850019906_rs.jpg
et dont semble correspondre la représentation d'un bas relief toulousain qui me turlupinait depuis pas mal de temps : http://boutiali.over-blog.com/article-4775120.html
.
Je vous salue bien, chers amis, et ne trouve pas les mots pour tant d'honneur.
.
Juste aussi, pour notre tisserande, cette parure de plumes d'indien, que j'ai photovolé au Musée des Arts Premiers : http://aycu23.webshots.com/image/41182/2003120794641057112_rs.jpg

3. Le mercredi 16 janvier 2008, 19:10 par Tenryu

Hohoho, jolie la statue de la mère (pratique, un nichon chacun) smi3

4. Le jeudi 17 janvier 2008, 11:36 par Véa

Ach, ces hommes, je vous jure .!...
Mais on vous aime comme ça, donc tout va bien. :-)

5. Le samedi 19 janvier 2008, 18:20 par Tsunade

En effet, belle parure, merci bien.

J'ai vu un jour un manteau fait d'un tissus tissé avec des plumes de paons, vraiment magique !

6. Le dimanche 20 janvier 2008, 14:59 par Véa

C'est discret, ça, comme tenue de tous les jours, un manteau en plumes de paons ! :-)

Sinon, des parures et des vêtements d'indiens, je n'en avais jamais vu, c'est vraiment extraordinaire. Les finitions sont très précises, c'est un travail très fin. Les fils tissés sur peaux forment comme des perles de cuir, et les parures de plumes sont elles-mêmes ornées d'autres éléments suspendus par de petits morceaux de fils, ou alors certaines parties de plumes enroulées et reliées. Cela m'a vraiment émerveillé. Mais ce qui m'a impressionné (non pas dans un sens esthétique, car cela n'avait rien de particulièrement intéressant) a été une "cape de vision" (c'est tout ce qu'il y avait de marqué) d'indien Omaha. Cela m'a fait dressé le poil d'un coup !

Bises, et bonne continuation. (C'est vraiment bien de dévoiler un peu de sa technique de travail, moi qui en suis si peu pourvue, cela a toujours été un peu mon désespoir aussi, le manque de savoir faire).

7. Le vendredi 19 mars 2010, 06:15 par Jaxson Ops

Merci pour cet article qui va enormement me servir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet