Déssouchage (1) : Le Prunier Sauvage

En voyant la beauté du bois du prunier, l'idée de récupérer la souche n'a pas tardé à germer. Ne sachant pas trop dans quoi j'allais m'embarquer, j'ai commencé par creuser et vider la terre autour des racines, en essayant d'en couper le moins possible.

Il m'a fallu trois jours pour en arriver là :



En faisant ce genre de travail, on se figure un peu ce qu'est la vie souterraine, en particulier pour les racines, les vers de terre, etc ... Beaucoup de pierres, des endroits très tassés, sous pression, et d'autres endroits où la terre est très légère, aérée. Des luttes entre racines, aussi : des racines de l'aubépine d'à côté entrelacent celles du prunier, et on voyait bien que ce dernier ne se laissait pas faire, mais l'aubépine non plus.

Il a fallu creuser assez autour pour pouvoir creuser sous la souche, jusqu'à ce qu'elle soit suspendue en l'air :


Toute cette activité intéresse bien Pépette, qui vient régulièrement voir ce qui se passe, renifler, inspecter :



Couper les racines, une fois le tout dégagé, n'a pris que quelques instants. Les racines du dessous ont été coupées au ciseau à bois, et l'engin est prêt à sortir.



Et voilà la bête sortie !



La pierre qui est venue avec, même si tout a été dégagé autour, ne bouge pour ainsi dire pas. Il a fallu la casser pour la sortir :



Et c'est pas encore fini : il a fallu manucurer la terre et les petites pierres coincées entre les racines, la doucher, la brosser et la redoucher. Bref, la voici, majestueuse, élégante, et toute proprette !





Plus je creusais, plus les racines me faisaient penser à des éléphants. En effet, certaines sont pachydermiques.



Pour finir, j'ai scié une tranche nette sur le dessus, puis j'ai enduit de colle ce dessus pour ne pas qu'un séchage trop brusque ne fasse fendre le bois. Pour l'instant je la mets à sécher lentement dans un lieu humide, puis de temps en temps j'irai scier. Je pense que le plus intéressant sera de scier verticalement, pour découvrir les parties où le bois, avec son merveilleux veinage coloré, devient racine.

Commentaires

1. Le dimanche 10 février 2008, 16:47 par Ninie

La patience que tu as ! .......
Mais le résultat en valait la peine .... j'aime les formes et les couleurs naturelles du bois ...
C'est toujours joli ...

2. Le dimanche 10 février 2008, 22:49 par Tenryu

Ah le bois, si tu savais ! J'y perd mon âme en ce moment.

Il y a de telles merveilles rien que dans les bois qu'on trouve autour de chez nous, que j'en rêve la nuit, véridique. Et je n'ai même plus le réflexe de tout montrer sur le blog, mais là je vais faire un effort.

Demain je vais montrer un lilas qu'on a récupéré chez des amis voisins, tu verras, c'est à craquer.

Merci d'être passée, et à bientôt.
Bien le bonjour à la maisonnée ;-)

3. Le vendredi 3 juillet 2015, 12:40 par jeanne

nous sommes en juillet 2015
comment est l'oeuvre d'art ?

4. Le samedi 4 juillet 2015, 13:38 par Tsunade

Bonjour;

Merci de venir au nouvelles ! C'est mon compagnon Tenryu qui développait cette passion. Maintenant il est décédé. Je travaille aussi avec le bois parfois, mais je n'es pas encore touché à la souche.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet