Noble Rencontre (1) : l'Ancêtre Genévrier

C'est un voisin, alors qu'on allait ensemble faire du bois, qui me l'a montré. Sinon je n'aurais su ni ce que c'était, ni sur le terrain de qui il était.

Il a poussé sur le rocher, et couché par les intempéries, il est mort depuis un long moment. Tout chenu, et barbu de toutes sortes de mousses et lichens, on peine à le distinguer.





Pas bien grand, mais trappu, il n'a pas été très difficile à dégager. Il avait cassé à la base, et à cet endroit le bois avait quelque peu pourri.

Il y avait un risque que tout le reste du bois soit également pourri, mais déjà au poids nous avons senti qu'il ne devait pas en être ainsi.



Première surprise : en sciant une branche très endommagée, nous avons découvert au coeur un bois sain et dur, et qui de plus dégageait un très bon parfum, voisin à la fois de la résine de sapin et du camphre.



Cet arbre a su garder, sous sa vielle peau, toute la noblesse et la force de son bois, que je ne tarderai pas à vous montrer.

Ca me fait penser à un fabriquant de couteaux Corse qui a récupéré d'un vieux bâtiment une poutre en genévrier datant du 17ème siècle : elle était en excellent état et lui a servi à faire de magnifiques manches de couteaux.

En fait, la résine de genièvre est anti-fongique et éloigne les insectes, et les aiguilles de l'arbre servent d'encens dans une gamme assez particulière.

Content de vous avoir rencontré, ancêtre genévrier, et content de vous offrir un nouveau logis, et bientôt, de nouvelles vies !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet