Bijou Parfumé (1) : Ambre, Améthyste et Ebène

Il y a certaines idées qui traînent longtemps dans les recoins de mon esprit. Souvent, c'est au moment de me mettre au lit, pour la nuit ou la sieste, qu'elles remontent.
Images, gestes, formes ou techniques et procédés remontent à la surface, et commencent à danser comme devant mes yeux. Mais, la journée et ses activités reprenant le dessus dès le réveil, elles ont du mal à passer au stade de la réalisation. Pourtant il ne manque pas grand-chose ...

Eh bien voilà exactement le rôle des muses : elles fournissent l'étincelle qui va transformer la simple idée en inspiration. Et il me semble me souvenir qu'elles sont souvent par trois. Donc voilà ce qui m'arrive : hier, dans les commentaires au précédent billet, trois muses sont venues, de leur ailes de cristal telles des libellules, me bénir, bénir mes mains et mes outils. Et le plus fort, c'est qu'elles ont fait que plusieurs idées accumulées se sont retrouvées associées comme par magie.

Mjo, Kien et Véa, merci du fond du coeur. Cette série de billet vous est dédiée.

Certaines pierres sont si colorées qu'elles en paraissent sombres, bien qu'elles scintillent de lumière. C'est le cas typique, par exemple, de l'améthyste.



Donc première idée : un bijou sombre mais lumineux, avec une améthyste saturée de couleur, un bijou de nuit.

Puis l'ambre, l'ambre gris, dont un ami m'a offert il y a longtemps un morceau de la plus grande qualité qui soit. L'ambre gris est la déjection d'une baleine : elle vomit (ou défèque disent certains) une masse de becs de crevettes qui leur blessent les intestins.



La baleine sécrète des matières qui enrobent ces becs pointus et acérés, et lorsque cette masse est trop grosse, la baleine l'expulse. C'est alors un produit immonde et puant, mais à force de flotter sur la mer pendant des années et de prendre le soleil, la déjection se transforme en une des matières odoriférantes les plus précieuses et les plus recherchées.
Ce morceau que mon ami m'avait offert, c'était incroyable comme il embaumait. Je l'ai enveloppé dans un tissu, et jusqu'aujourd'hui il en garde le parfum, alors que ce morceau, je l'ai offert à mon tour sans regret il y a quelques douze années. Aujourd'hui, j'en garde un si bon souvenir qu'il me reste le désir de partager ce parfum, de le faire connaître. Mais comment ? En parfumant les bijoux pardi !! Deuxième idée donc.

Je me suis alors mis en quête de ce trésor marin, et après y avoir passé un certain temps, j'ai trouvé la personne qui a bien voulu m'en vendre. Une fois reçu, il nous a fallu un moment, à Tsunade et à moi, pour le découvrir...



En réalité, au premier abord, cette odeur rebute, mais ensuite on y revient, une fois, deux fois, trois fois, jusqu'à ce que les détails et les facettes de l'ambre gris se révèlent, enflammant l'esprit, la sensualité et les émotions. Il faut rappeler que l'ambre gris est constitué en partie de phéronomes qu'il diffuse constamment, ces mêmes phéronomes que notre corps produit pour parler le langage des odeurs. Il y a donc un lien très fort entre nous et cette matière, et elle a sur nous un impact très marqué.

Puis en le sentant, peu à peu me venait l'image de l'ébène, et bientôt venait l'idée (la troisième) que c'était ce bois qui mériterait de recevoir ce parfum en premier. Comme par hasard (un vrai malin celui-là), une occasion d'en acquérir à un prix exceptionnel s'est présentée, alors je n'ai pas hésité.



Sympa, non, tout ça ? Ben le problème, c'est que ces idées sont restées à tournoyer sans trouver le moyen de se réaliser, de devenir réelles, partageables. Et c'est là où les muses sont intervenues.

Dès que je fus placé sous leur influence, ces idées se sont affolées, excitées, et j'ai eu alors l'inspiration de faire exactement le CONTRAIRE du bijou en houx.
Le premier est blanc ? Le second sera noir.
Le premier est un bijou de jour ? Le second sera de nuit.
Le premier est doux ? Le second sera agressif. Etc, etc, etc ...
Et petit à petit, les trois idées étant parfaitement réunies, la forme du bijou est née dans mon esprit, et avec elle la détermination pour le réaliser. Alors voilà, j'ai empoigné en ce début de soirée ce morceau, et j'ai démarré :



Trois idées, trois Muses : Véa est l'Ebène, Kien est l'Améthyste
et Mjo est le précieux Ambre Gris.
Le nom de ce bijou ? "Les trois Muses", pardi !!

Commentaires

1. Le mardi 11 mars 2008, 11:39 par mjo

L'émotion est telle qu'aucun mot ne saurait la traduire....mais tu sauras la ressentir, alors j'écris simplement "Merci."

2. Le jeudi 13 mars 2008, 22:15 par Tsunade

J'ai hâte de voir comment tu vas intégrer l'ambre à l'ébène :-)

Humm c'est vrai que ça devrait vraiment bien aller ensemble.

3. Le mercredi 15 juillet 2009, 01:52 par nicolas

salut
je voulais juste me renseigne sur l'ambergris (ambre gris) par ce que là-ou je suis en afrique j'en trouve beaucoup a la plage et je sais pas si vous pouvez m'orienter a trouver les genre des personne qui en veule de ça, ils peuvent me contacté sur ma boite e-mail je peux leur trouver ça. Merci et j'attends vos réponse

4. Le mercredi 15 juillet 2009, 08:09 par Tenryu

Bonjour Nicolas, je viens de vous répondre par mail.
Ca tombe bien que vous fassiez remonter ce billet, parce que ça fait un moment que la préparation de ce bijou est en sommeil, l'ambre, l'améthyste et l'ébène dorment côte à côte, et le réveil est pour très bientôt, histoire de quelques jours.
En attendant, j'ai ressorti les pots où l'ambre était plongé dans l'alcool, et je posterai prochainement des photos pour montrer le résultat.
@ très bientôt !!

5. Le lundi 22 juillet 2019, 15:09 par HOUCINE

Bonjour.

J ai des morceaux d'ambre comme dans la deuxième photo.

Merci.

6. Le lundi 22 juillet 2019, 22:52 par Tsunade

Tenryu est décédé avant de pouvoir poursuivre. Quand je déménagerai, un peu avant j'essayerai de m'y retrouver dans tous ces bocaux dont l'écriture sur les étiquettes a disparu, volatilisée? Je ne suis pas parvenue à en ouvrir certains...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet