M6 droit de réponse et coulisses, histoire de grenouilles et d'êtres sentants (re)

Bon, puisque M6 a rediffusé ce "reportage", je rediffuse mn article !!!

Nous avons eu la visite de M6 pour le magazine 100% Mag, ou plutôt d'une équipe de sous-traitance. Deux jeunes personnes très sympathiques. Point positif : c'est une bonne idée de parler de la Creuse au petit écran et des possibilités de vies rurales, pour des personnes habituées à la vie citadine.

Pays et gens de Creuse

Etant donné qu'il s'agit d'un reportage très court, nécessairement les coupes habituelles réductrices ou déviatrices, dévastatrices du sens font douleur. Aussi, j'ai pensé m'offrir un droit de réponse !!

Je ne sais pas si vous avez vu le reportage, et si oui ce que vous en pensez, mais j'ai trouvé que notre Creuse si belle, avec ses beaux vallons, ses belles pierres, dans les maisons, les puits, les ponts, autres petites constructions insolites, n'était pas flattée par l'image. Deux trois plans revenant plusieurs fois et pas des plus beaux. Les gros plans sur pompes à essence, enseigne du cinéma et la piscine municipale d'Aubusson, (franchement on pouvait difficilement trouver pire non ?) caddy de supermarché et ma voiture auraient avantageusement laissé leur place à quelque vallon, pont en pierres ou tour d'Aubusson, non ?

Aubusson, Tour de l'Horloge :

IMG_1041s.JPG

Banize, Porte de l'Eglise :

IMG_5302.jpg

Je vous laisse vous promener sur le blog ou les blogs creusois en lien, qui foisonnent de charmantes photos.

Concernant la qualité et le coût de la vie, le reportage parle surtout des loyers ou ventes moins chères, certes, mais il omet de dire que d'autres postes de charges courantes viennent ponctionner les budgets : beaucoup de gens doivent faire beaucoup de kilomètres pour aller travailler, faire les courses, se rendre chez le médecin, voir un spectable ; le prix de l'essence grimpe et les transports en commun extrêmement limités. Les transports scolaires sont payants à 15% du coût de revient, le Conseil Général prend en charge les 85% restant ***. Beaucoup de jeunes doivent s'éloigner en internat dès le lycée, donc transport, coût de l'internat... Les hivers sont froids, et il faut chauffer.

IMG_3497-small.JPG

Si on veut prendre le train, du sud-est de la Creuse, il faut compter minimum 45 minutes pour de très rares trains, sinon, 1 heure, voire 1H30 de route selon la destination et la gare qui sera desservie : la ligne Paris-Limoges-Brives-Toulouse qui passe par La Souterraine, puis la ligne Lyon-Bordeaux qui passe par Clermont-ferrand (qui n'est pas dans la Creuse et à 90 km de la frontière du département !!). Une correspondance avec Guérêt Et c'est tout. A noter que la SNCF pense supprimer la première pour la remplacer par une LGV, qui ne s'arrêterait plus à la Soutteraine.

IMG_8131_copie.jpg

Ce reportage n'est pas un réel reportage dans le sens que l'équipe savait déjà ce qu'il y aurait la boîte, et que rien d'autre n'y rentrerait de toute façon, qu'il n'y a pas eu de réelle interview, mais des questions posées spécialement pour que ce qu'ils veulent entendre sorte, et tout ce qui déborde sera coupé. Et si ce qu'ils veulent mettre dans la boîte n'est pas sorti naturellement, ils vous demandent de le dire !! et si vous dîtes que vous ne pensez pas ainsi, ils insistent !! Voici comment se passe le tournage.

IMG_8135_copie.jpg

Les journalistes arrivent du train, puis après 1h30 de voiture arrivent speed, ne prennent pas le temps de se poser et de regarder. Pour notre part, il était décidé qu'il y aurait des plans de jardin, puis du métier à tisser, puis vélo avec rencontre avec des amis pour Mathieu. Au moment de visiter sommairement pour le repérage, la visite est quasi avortée lorsque que je dépose mes sandales pour mettre mes bottes. Les journalistes tiennent le scoop, le mega symbole de celle qui pose ses sandales de ville pour mettre ses bottes de bouseux. Je me moque un peu, mais il faut reconnaître je préfère en rire. En fait je trouve ça plutôt pathétique. Le temps est passé essentiellement à faire des plans de raccord, sortir, rentrer, descendre les escaliers, les monter, descendre le chemin, le remonter, une fois, deux fois, trois fois, moins vite, pour que la caméra suive, de dos, de face, ... marionnettes vivantes. Je propose un petit encas pour 13 H 00. Non, non ils ont déjà mangé, je précise que nous, non. Toujours dans la roue du speed, alors qu'ils avaient largement le temps, veulent partir pour la suite du tournage, et Mathieu part pour la suite du tournage, l'après-midi sans avoir mangé : les deux trois rappels pour qu'on prenne un petit repas n'ont pas été entendus. Lassitude, pas de place pour penser à ce que l'on aimerait dire, plus l'envie, voyant trop clairement que tout sera jeté. On dirait que l'équipe a complètement oublié qui vous êtes, un quidam vivant que l'on vient interviewer dans son lieu de vie, avec qui on garde une distance minimum et qu'on ne filme pas la camera à 10 cm du visage et non pas un acteur à qui on peut demander de faire et refaire une scène.
Sans compter les semis piétinés. A plusieurs reprises, il a fallu que je signale qu'il y avait des semis et à aucun moment, on m'a demandé, est-ce que je peux me mettre ici, ou là ?

IMG_5244_copie.jpg

Se voir demander avec insistance de faire et dire des choses que l'on ne veut pas : par exemple de poser en montrant la voiture en disant que c'est l'outil indispensable. Bien que les deux personnes étaient par ailleurs très sympathiques, cela dénote tout-à-fait l'état d'esprit ambiant, l'autre passe toujours après et est d'abord apprécié par ce qu'il va vous fournir. En fait, ce que vous pensez n'a aucune importance, vous êtes là pour fournir une image et une voix à donner à regarder aux téléspectateurs. Départ aussi speed que l'arrivée. Et il reste surtout un assez mauvais goût dans la bouche.

IMG_4685_copie.jpg

Ce qui est le plus gênant dans cette histoire, c'est que tout ça est fait tout naturellement du côté du journaliste. Du côté du téléspectateur qui est tellement habitué à prendre et avaler sans mâcher, rien ne le choque, il trouve l'émission sympa. C'est bien de parler de la Creuse et des gens qui y viennent. Oui c'est un bon point, mais à quoi bon si de toute façon l'essentiel est une fois de plus bafoué ? L'essentiel, c'est quoi ? L'aspect précieux de la vie, la communication entre les personnes, le respect de l'autre.

IMG_8149_copie.jpg

Il est intéressant de découvrir, que des personnes qui trouvaient le reportage intéressant, après quelques phrases échangées, se retrouvent finalement à regretter tel ou tel point, comme l'uni-orientation du reportage, l'insistance sur le sujet de la pluie et des volets fermés, puis conclut que oui, finalement c'est pas terrible. Le constat que l'on a droit une fois de plus qu'à des clichés.

IMG_1320DET.JPG

Voilà ce que véhicule ce type de journalisme télévisé sous forme de magazine très à la mode. Des reportages aux thèmes intéressant la masse, mais s'arrêtant toujours à la superficie. Que puis-je en dire moi qui n'ai plus la télévision depuis 1977 ? !! Pour vous dire mon attrait et mon intérêt pour la télévision. En fait en temps que moyen, je trouve cet outil très intéressant. Mais je pense que le contenu est déplorable.
Allez, puisqu'avec la télévision de toutes manières on est à fond dans le cliché, allons-y pour le cliché le plus consacré : "la télévision est l'opium du peuple".
Maintenir l'esprit pas trop affûté, et maintenir et renforcer les pensées toutes faites non réfléchies.

IMG_7637-small.JPG

Comme ces réflexions systématiques sur la pluie. C'est insensé, nous savons maintenant toutes et tous que le manque d'eau pose problème dans de plus en plus de pays, y compris la France maintenant. Même ici en Limousin, la région au plus fort débit pluviométrique de France avec la Bourgogne, des puits et des ruisseaux sont asséchés cette année. Les bêtes ont manqué d'herbe et d'eau. Des éleveurs ont dû vendre prématurément leurs bêtes.

De l'Eau ! :
IMG_4705_copie.jpg

Et on continue à se plaindre d'une malheureuse petite journée de pluie au milieu d'un été très sec, la montrant du doigt comme si elle pouvait nous empêcher de vivre une vie heureuse. Lorsque toutes les nappes d'eau seront asséchées, que la masse sera concernée par le manque d'eau, notre bonne mère télé ressassera "malheureusement, encore une journée sans pluie" et notre bon peuple d'échanger "ah, c'est terrible, il n'a encore pas plu aujourd'hui, et "ils" ont dit que demain non plus".

IMG_4707_copie.jpg

IMG_4693_copie.jpg

Enfin, pour l'instant, la télé continue à vénérer les jours chauds sans nuages, alors le peuple suit. Donc après le cliché de l'opium du peuple, celui du peuple mouton**. En plein dans les années 70, sauf que le peuple a perdu beaucoup entre temps, qu'il va perdre encore beaucoup s'il continue de somnoler devant sa télé !

Donc, oublions l'esprit vif et acéré apte à la critique. Nourrissons le aux infos des pays suffisamment éloignés par la géographie et la culture. Et parlons lui des petits plaisirs de la consommation. Un peu de rêve, et surtout, rien qui ne vienne réveiller un esprit que l'on préfère maintenir endormi, avec suffisamment de paillettes pour créer une illusion de plaisir éphémère pour que l'esprit ne puisse pas se rendre compte qu'il est endormi !! ça nous fait un bon petit magazine très agréable à regarder dans lequel on apprend toujours un petit quelque chose dont on peut causer le lendemain avec les collègues.

Eh bien, voilà qui résume assez bien une des raisons pour lesquelles j'ai quitté la ville. Ici, la télé aussi fait ses ravages, mais quelque chose diffère qui a à voir avec la réalité. La réalité s'impose d'avantage. Ce serait intéressant d'analyser et d'écrire, mais pas en quelques minutes... A suivre !

IMG_4474_copie.jpg


Les nuits chez soi, sans la lumière des réverbères. Un luxe.


** Ce cliché de l'opium du peuple me rappelle la célèbre histoire de la grenouille :

Prenez deux grenouilles, deux marmites remplies d'eau et faite l'expérience :

Mettez la première grenouille dans une marmite remplie une belle eau fraîche et claire comme nous en avons ici en Creuse !! (pour combien de temps ?)

Elle se sent bien, elle barbotte. La marmite est sur une source de chaleur et la température commence à monter, la grenouille se sent encore mieux, c'est idéal, puis la température est bien tiède, elle a une sensation un peu euphorique, une vague de paresse l'envahit, mais elle est toujours très bien, une sensation différente mais elle est se sent bien. Le tiède vire au chaud et elle est un peu groggy encore bien et très fainéante. Elle a déjà perdu trop d'énergie d'acuité pour estimer la gravité de sa situation.

Maintenant, que se passe t-il ? Et bien l'eau devient bouillante mais la grenouille est bien trop stone !! elle reste dans la marmite et meure.

Prenez la deuxième grenouille, vous la jeter dans l'eau bouillante. Par réflexe, elle va sauté hors de l'eau.


***A ce propos, j'invite notre chère ministre qui a dit un jour à l'antenne que ceux qui trouvaient que l'essence était trop chère n'avaient qu'à prendre le vélo, à venir habiter à 15 km de la première ville, pour y travailler dans un hôpital à prendre son vélo à 5H00 du matin en été, pour être à l'heure et repartir pour 15 km de monté toute guillerette après avoir soulevé multes personnes âgées dans la journée. En hivers, elle aura le choix entre le ski de fond, les raquettes ou dormir sur place. Les ministres ne respectent pas leurs sujets, et les journalistes ne s'intéressent pas à leur sujet et n'en respectent pas les acteurs. D'ailleurs, je n'ai même pas été présentée correctement. Je ne REvends pas Des créations sur le net mais vends mes créations sur le net, je ne suis pas installée ici depuis 6 ans mais 5 ans... Pfff,